FRA | ENG 0 items

La fin d'une époque

Publié par Dany Marquis le

Un client a posé une question sur le café cette semaine et je ne connaissais pas la réponse...  Piqué au plus profond de mon orgueil, j'ai dû avouer que j'ignorais la réponse.  Et malgré la blessure profonde qu'a laissée cet épisode sur mon ego caféiné omniscient je dois avouer que les nombreux articles traitant de la santé et des effets du café, du thé, du brocoli, du saumon sur le corps m'ont toujours énervé.  Je suis un consommateur d'aliments pour le plaisir.  Je suis un jouisseur de l'assiette, un épicurien de la tasse et l'idée de manger ou boire quelque chose pour ses propriétés thérapeutiques, pharmaceutiques est un "turn off" magistral.  Aussi bien manger des pilules et passer à autre chose.

Mais voilà que de plus en plus, nous devons répondre, en tant que barista et maître-torréfacteur, à des questions portant sur les effets du café sur la santé.

J'ai toujours considéré ce secteur comme une partie intégrante de la commercialisation du thé.  À la BDQ, on vend discrètement une gamme de thé assez simple mais qui m'a permis de découvrir, avec un malaise grandissant, le dérapage de l'intérêt des buveurs de thé vers les propriétés thérapeutiques du thé et des tisanes.  "Coming out" public, ne soyez pas déçu svp; je suis un buveur de thé.  À tous les jours, vers 15h, l'appel du thé se fait sentir.  J'adore les thés verts d'origine, leur complexité et leur liqueur herbacée, limpide et rafraîchissante.  Ça freine le rythme de la journée et m'empêche de grogner comme un gorille dans mon luxueux bureau afin d'évacuer le stress.  (À chacun ses techniques)  Bref, j'en bois parce que c'est bon.  Point. Dès qu'on se met à parler d'antioxydant, de cancer, je décroche.  J'ai appris à déclamer les bienfaits du thé vert et à répondre aux clients.  Mais je m'arrête là.  De toute façon l'offre de thé des BDQ est assez simple, pas besoin d'aller plus loin.  J'ai donc accepté qu'on me demande du Pu-erh en me parlant de maux d'estomac et de rooibos pour son apport en vitamine C.  Le chamanisme entourant le thé et les tisanes fait partie de mon quotidien et je réponds autant que je le peux à leurs questions en mettant l'emphase sur les arômes, la texture, la couleur, etc.  Les question sur l'asthme, les allergies, l'insomnie, la libido, les coliques, l'eczéma passent comme les balles autour de Néo dans The Matrix.

Posez-moi des questions sur le thé, vous verrez un jedi retourner la question sur le goût et les arômes.  

Mais voilà que pour le café, je me sentais comme les fumeurs dans les jadis fumoirs, en sécurité, en famille, accepté.  On boit du café ensemble, on se fout des effets et Dieu que c'est bon!  À chacun ses poisons comme dirait le gars.  Et jusqu'à maintenant 100% des discussions café tournaient autour du goût et du plaisir de boire.  On boit un espresso pour le goût, la sensation et l'habitude ;-)  On discute des arrivages, de torréfaction, on demande au barista ce qu'il y a dans son moulin espresso mais on se foutait (remarquez le temps de verbe) des effets sur la santé.  

Mais voilà que quelqu'un est venu briser la bulle virginale de notre univers.  Bang!  Et me demande si l'huile sur le café huileux contient du cholestérol! Parce que le cholestérol...   

"Sucker punch" en pleine gueule.  J'étais pas prêt pour ça.

Et en plus, il pose des questions sur les cafés noirs, d'où vient l'huile, et me relance sur le cholestérol.  

Déboussolé, je pense à mes confrères buveurs de café noir, pour qui le café n'est jamais assez noir.  Ce sont les pires de la gang, la ligne dure du groupe, tout en étant les plus attachants.  Ils se foutent royalement des propriétés thérapeutiques du café, et par-dessus tout se foutent du goût!  Le barista passe pour une pucelle lorsqu'il parle d’arôme de fruit, de baie, de vanille...  "Ta gueule, je veux que ça goûte la boucane, le feu, le cuir, le tabac, l'italie, pis le Harley Davidson.  T'en as-tu un mélange où tu veux que je l'achète ailleurs?" réclame le buveur de café corsé en frappant sur le bar. 

Avoir été seul, j'aurais pleuré.  Est-ce la fin d'un monde?  Devrons-nous boire notre espresso à 9m des bâtiments publics?  L'angoisse m'envahit et je pense à ma famille, à mon entreprise qui dépend de cette confrérie que j'aime voir au bar jour après jour.  Pourquoi?  Pourquoi se soucier des effets sur la santé?  J'aimerais tant demeurer dans cette naiveté enfantine où nous consommons sans se soucier de notre carcasse qui se désagrège avec le temps qui passe.  Pourquoi? Pourquoi?

Mais voilà que je sèche mes larmes, reprends mon esprit de guerrier et me crache dans les mains.  Les forts resteront. Les forts s'adapteront.  

Je dois m'adapter.

C'est pourquoi, j'ai demandé à quelques amis et clients, médecin de profession, d'éclairer ma lanterne au sujet du café, des huiles et du cholestérol.  

Y a-t-il du cholestérol dans le café?  Pourquoi les médecins demandent-ils d'arrêter de boire du café dans certaines situations?  Qu'y a-t-il de dangereux?  

À suivre dans le prochain blog.

Donnez-moi une semaine pour digérer tout ça.









2 commentaires


  • Merci Marc, je suis encore loin du roman!

    La Oscar est en effet une belle bête. Si ton budget est plus petit, tu peux opter pour la Rancilio Silvia : http://www.brulerieduquai.com/collections/equipements-residentiels-et-semi-pro/products/ranvilio-silvia

    Avec un moulin comme le Baratza Vario : http://www.brulerieduquai.com/collections/moulins-residentiels-et-semi-pro/products/baratza-vario

    Ça te fait un bon kit.

    Merci d’avoir pris le temps de laisser un commentaire.

    Dany

    Dany le

  • Bonjour, je tombe par hasard sur votre site car j’aimerai m’offrir une oscar mais cela étant un peu trop chère pour moi car étant jeune je m’indiscipline à la regarder de loin en ésperant un jour m’offrir cette petite merveille. Mais ce n’est point pour vous faire part de mes états réveurs que je vous écris mais pour vous faire part de mon ressenti en lisant avec delectation vos quelque mots tout en buvant mon café du matin, j’ai eu l’impression en lisant vos humeurs d’aborder un livre sur un “serial-killer-barista-loveur”. Sérieusement, vos “tamper” de phrase son bien tourné, vous devriez écrire un roman. Merci pour cette lecture et bon café.

    Marc le

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés