Fragile amitié


Dany Marquis

J’ai un ami.  Je l’apprécie beaucoup.  Un genre d’un bromance viril, pour parler de moto, politique et parfois, du sexe opposé.  Mon ami a un bon salaire, un bon boulot.  Il a une belle maison, avec une piscine.  Une grosse tondeuse pour pas beaucoup de pelouse.  Il a un kit de patio avec du mobilier d’extérieur vraiment confortable.  Il a une belle voiture hybride, une moto italienne et un genre de vélo de pépère de style hollandais avec un panier en avant.  Il aime les belles choses pratiques.  Sa maison est remplie d’électro high tech, full stainless.  Sa laveuse parle.  Il a une machine à pain.  Un extracteur à jus comme celui de George Laraque.  Son salon est digne d’un cinéma Imax avec des sofas qui ont des portes verres dans les appuis bras. Sa télé 4k gigantesque trône près de son foyer au gas.  C’est un gars intelligent, qui travaille fort, dans un métier parfois, souvent, ingrat.  Et lorsqu’il se retrouve dans sa maison, son cocon, son oasis de paix, il aime bien en profiter pour charger son chi.  Mon ami est un maniaque de café.  Bien sûr, il achète de Brulerie du quai et suit nos recherches de grain avec attention.  Parfois, il est infidèle et il achète de d’autres torréfacteurs.  Mais toujours du Québec m’assure-t-il.  Il a des principes mon ami.  Il possède également beaucoup de gadgets pour préparer le café.  Et il est très fier de sa cafetière Bréville Dual Boiler.  Il aime bien me vanter les spécifications de sa machine, qui selon lui, sont presque supérieur à nos La Marzocco.  Je le laisse faire, je trouve ça mignon.  Et j’étais justement chez-eux l’autre jour, à discuter café, lorsqu’il m’a envoyé candidement un détail qui détonnait du personnage que je m’en étais fait dans ma vie.

  • Ben là Dan, va falloir que tu me dises ce que je dois mettre comme mouture quand je passe une commande sur ton site. Parce que ma Bréville a de la misère.
  • T’as pas de moulin?
  • Ben non, j’ai pas de moulin.
  • Ça te prend un moulin avec ce genre de machine.
  • J’ai payé ça 2000$! Je peux pas croire que j’ai besoin d’un moulin.  Le vendeur m’a jamais dit ça!
  • Ben oui, ça te prend un moulin.
  • Bah, je vais voir, je vais magasiner ça pour m’en trouver un pas cher.

Et là, mon regard s’est porté sur tout ce que mon ami possède comme gadget, véhicule, mobilier, etc.  Et dans tout ça, il n’a pas de moulin à café.  Ce fut un choc.  Et je me suis mis à regarder autour de moi, tous les gadgets qu’il peut avoir.  Et ce fut un dur constat de me dire… 

Mon ami n’a pas de moulin à café!

Si vous êtes comme mon ami, ça vous prend un moulin.  Voici ce qu’on vous propose :

Moulin manuel Hario Skerton

 Dan


7 commentaires


  • Patrick

    Le café, et surtout l’espresso, est une matière éminemment complexe. Quand les gens me posent une question au sujet du café, ma première réponse est: “T’as combien de temps?” Je suis en effet reconnu pour être intarissable sur le sujet.
    Cependant, j’ai aussi appris avec le temps qu’il faut aussi posséder un certain sens diplomatique lorsqu’on parle de café. Parce que ce divin liquide est, pour la plupart des gens, une question d’habitude. Et c’est pas facile de changer ces habitudes, surtout si le goût s’est émoussé à la longue.
    J’ai fait goûter des cafés extraordinaires à des gens, mais certains ne les ont pas aimés. C’est bien normal, les goûts ne sont pas à discuter. Mais dans certains cas, j’ai eu l’occasion de goûter à un café préparé par et chez ces mêmes personnes, et j’ai parfois trouvé le breuvage proprement infect. Pas nécessairement parce que le café n’était pas bon, mais parce qu’il était gaspillé par une préparation complètement inadéquate. Et parfois dans de très bonnes machines, avec ou sans moulin. Et quand ces mêmes personnes te demandent: “Puis, comment tu le trouves mon café?”, il faut mettre dans la balance, en une fraction de seconde, la valeur de l’amitié qui nous lie à cette personne ou qu’on voudrait développer avec elle, et celle de l’honnêteté sur le sujet en question. Pas facile…
    Même si pour moi le café est la plupart du temps un plaisir solitaire, j’aime tout de même beaucoup le plaisir d’en prendre un en bonne compagnie. Et comme les amitiés sont précieuses, j’use parfois de petits mensonges pour les préserver. Quitte à compenser par un plaisir solitaire par la suite pour rassurer mes papilles que la vie leur réserve encore beaucoup de plaisirs, malgré les déceptions occasionnelles.
    Avec le temps, j’ai appris à bien contrôler mon moulin… à paroles, mais j’avoue qu’il serait difficile de ne pas souligner l’absence d’un bon moulin à café dans une maison où le luxe jaillit de toute part. Bref, je salue le courage et la persévérance de Dany, qui ne semble jamais se lasser de sa mission de faire connaître et apprécier le bon café.
    Longue vie à la Brûlerie du Quai !


  • Jonathan

    Tiens, au risque de m’embarquer dans une geekomanie à la testostérone, je lance un petit challenge à Dany (faut bien aider un peu son copain humilié!):

    Test à l’aveugle avec une machine espresso de gros calibre (E61, etc..) en testant deux moulins différents: le Breville à 200 piasses proposé dans mon message précédant et celui de ton choix (Mazzer pro?). À mon avis, même un expert comme Dany va se faire avoir par le moulin el cheapo, au moins 3 fois sur 10! Avec son propre café, de surcroit! Ca vengera pas ton pote complètement mais y a des maudites bonnes chances que ça sauve votre amitié! hahaha


  • Yanik

    Je n’ai pas encore trouver mon moulin parfait. J’ai un Baratza Vario, ça fait la job, mais j’aimerais passer à des meules de 83mm, genre mazzer major. Par contre c’est pas idéal pour du simple dosage à la maison. Il y a probablement un HG One dans mon future. En plus ça irais bien avec mes machines à levier.


  • Jonathan

    Félicitations Dany; officiellement le titre de newletter le plus accrocheur que j’ai vu passer dans ma vie. Ça suintait le mélodrame de mon iPhone… Eh bin finalement, non, une petite humiliation pour ton pote mais rien de bien méchant.. D’ailleurs, aussi bien en profiter pour faire une confession également: J’ai une Breville. J’aime Breville. Des machines qui font, selon moi, le pont entre les extrêmes: les satanées capsules et les sacro-saintes ’’véritables’’ machines italiennes. Donc, ouais, la Dual Boiler de ton ami est bien correcte, n’en déplaise aux italiens et aux torréfacteurs pro… Ceci dit, et c’est bien le noeud de toute la patente: ne pas accompagner cette machine Breville d’un moulin est effectivement une faute. Pas une faute gravissomo mais une faute pareil, tsé. Tu sais pas! Peut-être qu’il a passé sa vie d’amateur a tomber sur la bonne mouture? Peut-être que la Dual Boiler est tellement hot qu’elle permet les écartades? Hehe… Mais, bien sûr, la chance fini par tourner d’bord un jour ou l’autre. Puisque ton copain est plus porté vers l’Australie que vers l’Italie, pourquoi ne pas lui conseiller le surprenant nouveau moulin de Breville, le modèle The Smart Grinder Pro (le seul selon moi qui soit digne de sa machine dans ceux offerts) ou l’autre option serait de faire comme moi et opter pour la fameuse Barista Express avec moulin intégré.. Assez performant pour me faire oublier ma Lelit Mara et la Rocket. Enfin, ’’oublier’’ est un grand mot, disons plus …pratique? A mon avis, un bon moulin, une bonne machine de base… c’est suffisant. Le reste c’est le barista et.. LE CAFÉ.


  • Frederick Brault

    Ça m’a fait sourire. Les connaissances, ça ne coûte rien d’autre que du temps et de l’intérêt. Pour peu qu’on s’intéresse au café, on sait que le moulin est plus important que la machine. Mais un moulin, ça impressionne moins qu’une belle machine… ?


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés