FRA | ENG 0 items

« On a tous un tracteur à runner »

Publié par Dany Marquis le

TracteurTenir un blog sur le café et sur l’aventure Brûlerie du Quai est un défi extraordinaire que je me donne et qui me met en contact avec ma passion de l’écriture et celle du café.  Passion intrinsèquement liée, car si je considère le peu d’écrivains que je connais, ce sont des consommateurs confirmés.  Je me permets occasionnellement, de par ce blog, de laisser transpirer ma vision des affaires, du monde, de l’amour, et ce toujours sans prétention.  Actuellement, Brûlerie du Quai est dans une période d’attente où la majorité de nos lots limités sont maintenant épuisés et où nous attendons avec impatience les prochains arrivages.  J’aurai l’occasion de vous présenter nos acquisitions dans les prochaines semaines et de discuter café.  D’ici là, j’aimerais vous proposer la lecture d’un petit texte qui m’a charmé.  En tant que torréfacteur rural nous sommes connectés à la nature, et également à l’agriculture.  Ça fait partie du paysage.  De plus, j’ai toujours eu une conception agricole des affaires.  Une entreprise, c’est comme une ferme, comme un gros jardin.  Tu dois faire ce qu’il faut faire pour que les choses se fassent, 24 sur 24, 7 sur 7.  On est loin du 9 à 4.  Je peux comprendre que les affaires ne sont pas pour tout le monde, il en va de même pour l’agriculture.  Lorsqu’on choisit cette voie, et si nous n’avons pas grandi dans ce genre d’univers, s’ensuit obligatoirement une période d’adaptation où la notion de travail finit par se fondre dans le temps et devenir une occupation de chaque instant.  On apprend alors à être zen, concentré, et à ressentir du bonheur dans l’action, et ce malgré le stress et les soucis.  Et je ne peux que considérer le bonheur sous cet aspect.  Je vous invite à aimer la page d'Agriculture Québec sur laquelle ce texte a été publié.  L’auteure a demandé de rester anonyme et je la remercie pour cette belle perle de vie, dans laquelle je me suis reconnu et qui m’a fait sourire, parce qu’en effet « On a tous un tracteur à runner! ». 

Réflexions sur mon tracteur…

Aujourd’hui, on a encore travaillé à faire notre première coupe de foin. Sur mon tracteur, lorsque j’eus épuisé mon répertoire de musique française quétaine à fredonner, je me suis mise à songer comme le paysage était beau. Comme c’était agréable d’être là, au milieu du vent charriant milles poussières… On a bien eu un bris de machinerie ce matin, on a bien la pluie au derrière, mais tout de même, on a connu pire… Ce bon temps, passé à travailler aux champs, atténue un peu le stress et nous fait oublier, pour un temps, cette taure qui file pas, ce veau mort il y a quelques semaines, les factures de semences à payer, cette toiture qui coule encore, cette vaisselle sur le comptoir, cet équipement pas réparé ou ces vacances qu’on n’aura pas encore cette année (j’parle de plus de 21/2jrs…). Oui, cet après-midi sur le rang Ste-Marguerite, tout est bleu et vert, et de cent manières. Il y a toujours cette buse qui survole ça et là, à la recherche de son repas. Cette année, je n’ai pas vu le petit renard roux tout maigre… peut-être est-il mort cet hiver? Au loin, je vois le clocher de l’Église, avec sa toiture orange. Le ciel est traversé de nuages si légers… Et cet odeur de foin séché : c’est bien celle du début de l’été! Certains pensent que je pratique le plus beau métier du monde… d’autres au contraire, le trouvent affligeant… Je vous le donne en mille : aucun des deux n’y est! C’est un métier comme il y en a d’autres, mais c’est celui que je sais faire. C’est peut-être pour ces instants de bonheur, de joie et de beauté qu’on travaille tous d’arrache-pied : pour certains, c’est peut-être pour cet enfant qui a réussi, ce malade qui est guéri, cette maison construite, ce concept qui fonctionne, ce dossier de réglé… Faut peut-être juste prendre le temps de savourer tout ça, pour continuer. Il est 22hr 40, mon homme n’est pas encore rentré. Ce n’est que le début de l’été… Et demain, les vaches auront du foin et les citadins, du lait dans leur café! Chacun à sa manière, on a tous un tracteur à « runner »!!!

L'auteure de ce texte a tenu à demeurer anonyme, le texte a été publié sur la page Facebook de  Agriculture du Québec le 11 juin à 8h48

 

Dany Marquis
Dany Marquis
Chef de tribu, entrepreneur, 418 far-east , café, motos, arts martiaux, zen à temps partiel et père de 4 champions.

 

 

 

 

 


1 commentaire


  • Touchant et vrai

    Mari le

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés